La ouate de cellulose fait partie des isolants qui présentent les meilleurs rapports qualité/prix et empreinte écologique car elle a une énergie grise très faible.
L’insufflation de la ouate de cellulose permet l’infiltration de l’isolant dans les recoins difficiles à atteindre en isolation classique. Ici nous évoquerons l’insufflation de la ouate de cellulose dans les murs et dans les rampants.

La ouate de cellulose

La ouate de cellulose est obtenue à partir de papier recyclé broyé, défibré et transformé en flocons. Elle est utilisée comme isolant thermique dans les murs, dans les rampants, et bénéficie d’une bonne inertie thermique.
Ce matériau fait actuellement partie des isolants qui présentent les meilleurs rapports qualité/prix et empreinte écologique car elle a une énergie grise très faible.
La ouate de cellulose se retrouve principalement en vrac pour de la mise en oeuvre par insufflation ou par projection et elle existe aussi sous forme de panneaux semi-rigides.
Ici, nous évoquerons l’insufflation de la ouate de cellulose dans les murs et dans les rampants.
Utilisée pour isoler les murs, toitures, cloisons, les planchers intermédiaires ou les combles, ce procédé de remplissage permet l’infiltration de l’isolant dans les recoins difficiles à atteindre en isolation classique.


Mise en oeuvre de la ouate de cellulose par insufflation

L’insufflation de la ouate de cellulose dans les murs consiste à souffler l’isolant en vrac dans un caisson fermé, dans le but d’isoler la paroi verticale. Installé du côté intérieur ou extérieur de la paroi, ce dernier est fabriqué en ossature bois, disposant de montants (structure secondaire) et de panneaux dérivés du bois (type panneaux OSB).
La largeur du coffrage de la paroi à isoler détermine la quantité de ouate de cellulose dans la paroi, donc sa densité et son efficacité. La densité est à prendre en compte, avec des ordres de grandeurs allant de 40 à 55 kg/m3 et augmente ainsi la résistance ce thermique du mur (R).

Des réservations en partie haute et centrale du caisson sont à prévoir, permettant le passage du tuyaux d’insufflation. Le remplissage se fait premièrement par l’ouverture central puis se termine par celle en partie haute (sens de remplissage). Pour cela il est recommandé d’utiliser une souffleuse ou cardeuse, laquelle permet l’insufflation de l’isolant à la densité voulue.
Le remplissage complet du caisson est effectué lorsque le produit déborde des ouvertures provisoires et que l’isolant ne circule plus dans le tuyau.
Une fois rempli, l’épaisseur régulière de la ouate dans le caisson peut être contrôlée à l’aide d’une sonde et ce dernier doit être rendu étanche à l’air. Pour cela, il est préconisé l’installation d’un pare-vapeur (par pluie pour l’isolation par l’extérieur) tout le long de la paroi et un rebouchage hermétiques des ouvertures avec de l’adhésif ou du mastic.

L’insufflation de la ouate de cellulose dans les rampants utilise le même procédé, à la différence que la paroi est horizontale ou inclinée. Pour le cas de rampants horizontaux, l’isolant est insufflé librement entre chacun d’entre-eux, à densité voulue, puis emprisonné par l’étanchéité à l’air et le plancher de finition. Pour le cas d’une toiture, la ouate de cellulose est insufflée dans le coffrage préalablement construit et sa mise en oeuvre est similaire à celle d’une paroi verticale.


Préconisation pour la pose de ouate de cellulose

Lors de l’insufflation de la ouate de cellulose dans les murs ou les rampants, il est recommandé l’utilisation d’équipement de protection (masque respiratoire, lunettes fermées) car cette technique émet d’importantes poussières, contenant notamment des sels de bore et fibres de papier nocives par inhalation.